Les agriculteurs maliens approuvent des variétés de cultures résilientes…

Les agriculteurs du Mali, qui se sont portés volontaires pour cultiver des variétés de sorgho, de mil, d’arachide et de niébé résilientes au climat dans le cadre du projet UE-APSAN-Mali, attestent que les variétés améliorées sont bien adaptée à leurs conditions et sont de qualité supérieures comparativement aux variétés locales.

En  2020,  pour  sa  première  campagne,  le  pro- jet UE-APSAN-Mali a réussi à motiver des  petits groupes d’agriculteurs sélectionnés par les partenaires afin d’effectuer des essais et des démonstrations des nouvelles variétés et hybrides sur des parcelles pilotes. Les résultats sont plutôt encourageants comme nous avons pu le constater lors des journées nationales de visites paysannes 2020 du projet, organisées respectivement à Dioila et à M’Pessoba du 22 au 23 Octobre.

Le 22 Octobre à Wakoro, devant sa parcelle de démonstration de sorgho, Mme Baro Coulibaly de l’Union Locale des Producteurs de Céréales (ULPC) est heureuse d’expliquer les qualités de Soubatimi, une variété de sorgho : «Soubatimi est très productive; bonne à la fois pour la consommation humaine et l’alimentation animale. » «Les variétés présentées ici sont meilleures que nos variétés locales», déclare pour sa part M. Amadou Diallo, producteur de niébé. Une autre agricultrice, Mme Awa Konaté du village de Diarani dans la commune de Wakoro, après avoir testé trois variétés d’arachide, dont deux se sont bien comportées est contente de dire que   «Ces deux nouvelles variétés promettent une bonne récolte » et d’encourager tout le monde, en particulier les femmes, à essayer ces nouvelles variétés lors de la prochaine saison de culture.

Face à des essais de démonstration de variétés améliorées de mil, Dr Daouda Sanogo, sélectionneur de mil à l’Institut d’Economie Rurale du Mali-IER, invite les producteurs  à  examiner  attentivement  les  performances des dites variétés et à indiquer leur préférences. Se tenant à ses côtés, M. Lassina Traoré, maire de Dioila, invité spécial de l’événement, explique son choix pour Maiwa, une nouvelle variété ayant la préférence de nombreux agriculteurs en cette année 2020. «C’est une variété qui présente une vigueur végétale,  des  feuilles  qui  restent  vertes  et  de  gros grains comparativement à beaucoup d’autres». A côté de lui, un autre producteur a également porté son choix sur Maiwa en raison de sa résistance à la sécheresse. «Maiwa reste verte malgré la sécheresse qui est un défi majeur. J’aimerais qu’une telle variété soit rendue disponible à grande échelle. Cette visite est utile et constitue un moyen très efficace d’informer davantage d’agriculteurs sur les avantages des variétés améliorées.

La deuxième grande journée de visite paysanne 2020 du projet UE-APSAN-Mali  a eu lieu le 23 Octobre à M’Pessoba. Elle a enregistrée la participation de nombreux agriculteurs et les autorités locales dirigées par le maire M. Kalifa Coulibaly.

Lors de la visite, M. Dramane Sibiry Coulibaly, un producteur de sorgho, a décrit comment il a été impliqué dans les essais de nouvelles variétés. « Il y avait de nombreuses variétés auxquelles les membres de ma coopérative Jigiseme ont été exposés mais Tiandougoucoura a eu ma préférence. Je me suis porté volontaire pour tester trois variétés – Tiandougoucoura, Samboni et Soubatimi – avec un témoin local. J’ai remarqué que les nouvelles variétés ont une bonne germination, elles sont très précoces, leurs plantes sont vigoureuses et leurs feuilles restent vertes jusqu’à maturité. Par- mi toutes ces variétés, Soubatimi est ma préférée; elle produit de bons grains par rapport au témoin. De plus, ses tiges sont appréciées des animaux. Au cours de la prochaine campagne agricole, j’aimerais agrandir ma par- celle de production, en particulier avec Tiandougoucoura et Soubatimi, qui sont bonnes pour l’alimentation du bétail », dit-il.

M. Madou Goita, Président de la Coopérative Seneyiriwaton nous montre des plants de son champ de sorgho
M. Madou Goita, Président de la Coopérative Seneyiriwaton nous montre des plants de son champ de sorgho. Photo: A Diama, ICRISAT
Souleymane Ballo, Président de la coopérative Jigiseme de M’Pessoba, faisant visiter sa parcelle de production de semences de sorgho hybride Pablo de 1 hectare nous informe avec fierté que sa coopérative possède 13 autres parcelles de la même taille avec différents membres. Nous nous concentrons sur la production de semences car c’est une bonne voie vers la sécurité alimentaire. Par hectare, nous pouvons récolter environ une tonne qui est vendue à raison de 750 FCFA/Kg. C’est une entreprise vraiment rentable. Cette année, nous avons déjà obtenu un contrat avec un acheteur pour une partie de la récolte. Nous espérons que de nombreux agriculteurs qui visiteront cette parcelle pour la production de semences de sorgho seront encouragés à se joindre à nous dans cette aventure ».

Dr Baloua Nebié, sélectionneur sorgho à l’ICRISAT et coordinateur du projet UE-APSAN-Mali, souligne que: «toutes les variétés améliorées et les hybrides promues dans les parcelles de démonstration sont inscrits dans le catalogue régional des semences et que les organisations paysannes et les coopératives semencières commencent leur production pour ré- pondre à la demande. » Faisant écho à ses propos, le maire M. Kalifa Coulibaly a félicité les participants du projet, soulignant que:

«Ce projet répond parfaitement aux objectifs du gouvernement du Mali en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle, ainsi que de promotion de l’emploi dans le contexte du changement climatique ».

Pour M. Mama Berthé, qui a testé de nouvelles variétés de niébé, l’objectif était d’évaluer leurs performances en termes de rendement et planifier une plus grande parcelle de production lors de la prochaine campagne agricole pour la consommation familiale et pour le marché. «Je remarque que deux des variétés testées – Acar 1 et Simbo- sont précoces et sont adaptées à la saison des pluies de plus en plus courte. De plus, leurs grains sont gros et attrayants. Si la récolte est bonne, j’aimerais cultiver la meilleure variété sur un hectare l’année prochaine et passer des essais à l’expansion de ma production de niébé. »

«Les  essais  et  les  parcelles  de  démonstration sont  une  preuve  que  les  variétés  productives, nutritives et à haut rendement sont identifiées, évaluées et promues d’une manière très participative et inclusive. Une fois les essais sur le terrain concluants, il est plus facile de passer à des démonstrations qui impliqueront la participation d’un nombre plus important de membres de coopératives », note M. Madou Goita, président de Seneyiriwaton, une coopérative semencière basée  à  Kiffosso  1,  dans  la  région  de  Sikasso.  «Nous chercherons des semences de base auprès des chercheurs pour produire les semences certifiées des variétés les plus préférées identifiées. Dans le cadre du   projet UE-APSAN-Mali, nous avons testé cette année 28 hybrides de sorgho et 24 OPV. Nous avons également testé 13 nouvelles variétés de mil par rapport aux témoins locaux. Le monde change et le climat aussi. Pour faire face à ce changement, les chercheurs pour- suivent  des  recherches  et  progressent  chaque jour. En tant qu’agriculteurs, nous devons suivre le cours de ce développement », conclu ce semencier expérimenté, médaillé d’argent du mérite national en reconnaissance  pour sa contribution à l’agriculture malienne.

Dr Mamoutou Kouressy, Coordinateur du projet UE-APSAN-Mali pour l’IER, note avec satisfaction que les visites paysannes offrent l’opportunité aux agriculteurs pilotes de partager leurs expériences avec ceux qui n’ont pas participé aux travaux des essais. C’est aussi l’occasion pour les chercheurs dit-il de comprendre l’adaptation de nouvelles variétés à l’environnement des agriculteurs.

Lors des journées de visites paysannes, menées du 22 au 23 octobre 2020, des dépliants présentant  les  caractéristiques  majeures  des  variétés hybrides et les contacts des unités de production semencières, ont été distribués aux participants afin qu’ils puissent avoir accès aux semences de leurs variétés préférées. L’événement comprenait également une sensibilisation sur les mesures préventives de la COVID-19 à travers des banderoles.

Projet : Amélioration de la productivité des cultures et de la résilience climatique pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Mali (UE-APSAN-Mali) Bailleur de fonds : Union européenne Partenaires : Institut d’économie rurale (IER); Organisations paysannes (Union locale des producteurs de céréales-ULPC, Sene Yiriwaton, Coopérative des producteurs de semence du Mande-COOPROSEM, Union Nietaa et Jigiseme; Services de vulgarisation; Direction nationale de l’agriculture-DNA et en particulier les secteurs agricoles de Kayes, Ségou, Kita, Koutiala et Yorosso; ONG (Mali Agricultural Market Development Trust – MALIMARK, European Cooperative for Rural Development-EUCORD, Association Malienne d’Éveil au Développement Durable-AMEDD); sociétés semencières (SOPROSA, Camara Semence, Dounka fa, Faso Kaba et Zamoho); Universités au Mali; CORAF / WECARD; et ICRISAT.

Ce travail contribue aux objectifs de développement durable des Nations Unies (ODD 1 ; 2 ; 8 et 17).                           

Publications
Nouhoum DIAKITE

Hommage à Madou Goita

Le Président de Seneyiriwaton/Kifosso, Feu Madou Goita, était une personne clé du partenariat entre le projet UE-APSAN-Mali et d’autres projets de l’ICRISAT et de l’IER

Lire la suite »