Les journées champêtres des agriculteurs créent une demande pour de nouvelles semences de mil et de légumineuses au Mali

A gauche Dr Abdoulaye Diallo, éleveur à l’Institut d’économie rurale (IER), échange avec les producteurs lors d’une journée paysanne. Photo : ULPC.

De nouvelles variétés de cultures résistantes au climat et hautement nutritives apportent de l’espoir aux communautés rurales des régions de Koulikoro, Ségou, Kayes et Sikasso au Mali

Les journées champêtres des agriculteurs organisées au Mali pendant la saison de pré-récolte, en octobre et novembre 2022, ont conduit à une adoption accrue de nouvelles variétés de sorgho, de mil, d’arachide et de niébé par les agriculteurs. Les responsables du secteur agricole de ces régions signalent une demande accrue de semences de ces variétés améliorées à haut rendement et tolérantes à la sécheresse.

Les journées sur le terrain ont été animées par les partenaires du projet « Amélioration de la productivité des cultures et de la résilience climatique pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle » (UE-APSAN-Mali). L’objectif était de mettre en valeur les performances des technologies améliorées et de faciliter l’apprentissage entre les partenaires. Plus de 40 000 petits exploitants agricoles maliens sont bénéficiaires du projet.

Témoignages agriculteurs et partenaires

M. Souleymane Mariko, bénéficiaire du projet du village de Zantièbougou à Bougouni, Sikasso, déclare :

« Cette année, j’ai cultivé les nouvelles variétés de sorgho Samboni, Soubatimi, Tiandougoucoura et la variété témoin local. Bien que la fertilisation et le régime de culture aient été les mêmes pour tous, les variétés améliorées à cycle court se sont révélées plus résistantes. significativement plus élevé (plus de 1 tonne par hectare), et la qualité du fourrage était supérieure avec une meilleure appétence. » 

 »Les parcelles de démonstration sont importantes pour la sensibilisation. ​ Au début, je n’étais pas très enthousiaste, mais des visites de parcelles et des échanges avec d’autres producteurs, m’ont fait voir leurs avantages. Leur résilience climatique et leurs rendements plus élevés m’ont permis d’avoir assez pour nourrir ma famille et un surplus à vendre », explique Mariko.

M. Karamoko Sako, Directeur de l’ONG EUCORD, partenaire de mise en œuvre des activités du projet UE-APSAN-Mali dans les communes de Faragouran et Zantiébougou dans la région de Bougouni, déclare :

« Les agriculteurs sont satisfaits des variétés améliorées de mil, de sorgho et de niébé et la demande de semences augmente fortement. Les deux plateformes d’innovation mises en place sont un atout pour les futures activités commerciales. « 

Distribution de semences et foires aux semences dans les régions du projet

En 2022, dans le cadre du projet, l’Union Locale des Producteurs de  Céréales ( ULPC) a distribué 257 mini sacs de semences de sorgho, niébé, arachide et mil dans les zones d’intervention du projet. Au total, 240 producteurs, dont 81 femmes, ont bénéficié des mini sacs. Pour permettre aux producteurs de démarrer la campagne avec des semences de bonne qualité, l’ULPC a organisé quatre foires aux semences au niveau local, notamment dans les marchés villageois. Plus de 200 producteurs ont pris part à ces foires qui ont offert une plateforme d’échanges sur les performances des cultures entre les producteurs et les comités de vendeurs de semences et une opportunité de sensibiliser les producteurs à l’utilisation des variétés promues par le projet. ​ L’ULPC a également participé à la bourse nationale des semences du Mali en 2022.

Impact dans la région de Koulikoro

L’ULPC a facilité plus de 44 démonstrations et essais sur le terrain de nouvelles variétés de sorgho, de mil, d’arachide et de niébé impliquant 54 producteurs, dont 16 femmes dans la région de Koulikoro.

« Dans le cadre des activités de multiplication des semences pour la saison 2022-2023, l’ULPC a produit des semences de 10 variétés de sorgho (VPO et hybrides) sur une superficie totale de 35,92 hectares. Au total, 41 producteurs ont participé », a déclaré M. Yalaly Traoré, responsable de l’organisation paysanne ULPC.

Impact dans la région de Kayes

M. Samba Bengaly, chef du secteur de l’agriculture de la région de Kayes a déclaré que les visites des parcelles d’essai et les démonstrations des variétés améliorées ont permis aux agriculteurs d’apprécier les différentes variétés en termes de cycle, de résistance à la sécheresse, de vigueur des plantes, de feuillage et de rendement à l’hectare par rapport à contrôles locaux. 

« Peu de temps après les journées sur le terrain, il y a eu une forte demande de semences hybrides cette année en raison de leurs rendements plus élevés et de leur résistance à la sécheresse », a déclaré M. Samba Bengaly.

M. Diakaridia Dao, Chef du secteur agricole de la région de Kita à Kayes, a indiqué que les activités du projet, les visites de parcelles de démonstration notamment, et d’autres activités de communication, ont contribué à une meilleure connaissance des nouvelles variétés et ont créé une forte demande en semences de variétés améliorées de sorgho (Soubatimi), de mil (Maïwa C1), d’arachide (ICGV99029) et de niébé (Acar1, Jiguifa et Simbo).

Plus de 25 000 personnes ont visité et commenté les entretiens avec les producteurs via les réseaux sociaux, notamment Facebook. Plus de 11 800 personnes ont écouté à la radio les témoignages de 83 producteurs sur la performance des semences de ces variétés dans le secteur agricole de la région de Kayes.

« Les variétés améliorées de sorgho, de mil, de niébé et d’arachide ont été valorisées dans le cercle de Kayes pour leur cycle court, leur résistance à la sécheresse et leur rendement par rapport aux variétés locales. La variété de sorgho Soubatimi a un rendement de 2-3 tonnes par hectare contre moins de 1 tonne par hectare pour la plupart des variétés locales », explique M. Yaya Doumbia, chef du secteur agricole de Kayes.

Parmi les autres nouvelles variétés de sorgho populaires, citons la variété Séguifa à double usage, appréciée pour le grain et appréciée comme fourrage en raison de la teneur en sucre de la tige. ​ Trois nouvelles variétés de sorgho à maturation précoce et à haut rendement (Sabanafanté, Dougouyiriwa et Fagola) produites au cours de la saison précédente sont également populaires dans les communautés cibles.

Lancé en 2019, le projet EU-APSAN-Mali est financé par la Commission de l’Union européenne au Mali. Il est mis en œuvre par l’ICRISAT en partenariat avec l’Institut d’Economie Rurale, les services de vulgarisation agricole et les ONG des régions de Koulikoro, Ségou, Kayes et Sikasso.

De gauche à droite : Un groupe d’agricultrices du village de Karala, région de Kita, et une agricultrice de la région de Sikasso, répondent aux questions des médias locaux lors d’une visite sur le terrain. Photo: Diakaridja Dao, Secteur Agriculture, Kita et Karamoko Sacko, EUCORD, Mali 

Projet : Amélioration de la productivité des cultures et de la résilience climatique pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle (EU-APSAN-Mali)
Le projet fait partie du programme de l’Union européenne « Développement de l’innovation intelligente par la recherche agricole » (DeSIRA).

Partenaires: Institut d’Economie Rurale, organisations paysannes (Union Locale des Producteurs de Céréales – ULPC, Sene Yiriwaton, Coopérative des Producteurs de Semences du Mande – COOPROSEM, Union des Agriculteurs du Cercle Tominian – UACT, Union Nyeta, USCPMD), ​ Services de Vulgarisation du Mali, ONG ​ (Mali Agricultural Market Development Trust – MALIMARK, European Cooperative for Rural Development – ​​EUCORD, Association Maline pour la Souveraineté et la Sécurité Alimentaire – AMASSA, Centre d’Appui d’Autopromotion et de Développement – ​​CADD, Association Malienne d ‘Éveil au Développement Durable – AMEDD) et semenciers (Société de Production de Semences Amélioration – SOPROSA, Camara Semence, Dounkafa, Faso Kaba), CERAAS, CORAF et Universités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
11 + 21 =